Roadtrip au Luxembourg – De Clervaux à Mullerthal comme en 1935

C’est l’été, c’est les vacances et surtout c’est le moment où de nombreux motards partent en roadtrip seul(e)s ou entre ami(e)s. Si pour beaucoup (motard ou non) partir en vacances est une nécessité, pour certains motards c’est presque devenu une tradition de partir en voyage au guidon de sa moto chaque été.

Partir en voyage à moto est une bonne idée, mais ajouter une touche « old » singulière au roadtrip apporte un quelque chose qui fait toute la différence, surtout quand on roule en ancienne. Quitte à le faire, autant le faire jusqu’au bout. Pour ceux qui adorent mettre le nez dans les vieilles revues moto de l’époque, il n’est pas rare de tomber sur des récits de voyage qui fleurent bon l’exploration.

De là a surgit une idée : pourquoi ne pas se faire un roadtrip ayant déjà été réalisé par nos ancêtres au guidon de leurs motos ? La voilà la touche « old » qui manquait. Mais pour cela, il fallait trouver le bon roadtrip dans les archives. Bon vu la situation avec le Covid-19, il fallait quelque chose de pas trop éloigné si la destination se trouve en dehors des frontières françaises, mais quelque chose permettant vraiment de se dépayser suffisamment tout en restant à distance des gens. Donc quelque chose proche de la nature tout en évitant les itinéraires trop touristiques.

Les années 30 étaient de belles périodes en terme d’exploration à moto. Forcément c’était un peu le début des roadtrip’s sur lesquels on retrouve un peu tous les types de voyage possibles à moto. Un petit travail de recherche et hop c’est parti !

En août 1935, Moto Revue publiait un petit roadtrip à moto réalisé et écrit par George DETAILLE au Luxembourg avec pour destination le village du Mullerthal, cœur de la merveilleuse Petite Suisse Luxembourgeoise.

Ce trajet d’une centaine de kilomètres ouvre à la découverte d’un Luxembourg pittoresque et médiévale, très loin des buildings ultra-modernes du business center actuel du Luxembourg, à savoir le Kirchberg. Bon ok je te l’accorde, le terme « roadtrip » est un peu fort vu la distance programmée mais si on se remet dans le contexte de 1935, 100 km représentaient déjà une grande distance avec les motos de l’époque. D’autant plus que si aujourd’hui faire 100 km est facile, à l’époque cela n’était pas courant et encore moins à moto. Et on va voir que sur ces 100 km, chaque étape promet un lieu ou un monument historique à découvrir qui offrira un dépaysement garanti. Alors t’es prêt ? C’est parti !

Lorsque G.DETAILLE a réalisé son roadtrip, il a décrit les différents points de passages marquants depuis le point de départ jusqu’au point d’arrivée. Ces différents « waypoint » permettent de s’arrêter (pour laisser le refroidir le moteur de sa moto ?!) et visiter les alentours.

L’itinéraire sera le suivant :

  • Point de départ : Clervaux
  • Dasbourg-Pont
  • Stolzembourg par la vallée de l’Our
  • Vianden
  • Echternach
  • Beaufort
  • Larochette
  • Point d’arrivée : Mullerthal

Le tracé du trip correspond exactement à celui décrit par G.DETAILLE dans son article d’août 1935.

G.DETAILLE décrit dans son article le décor du Luxembourg comme un décor qui « appelle la rêverie, la chevalerie et peut être l’opérette ». Des mots presque poétiques tant l’inspiration fuse dans tous les sens à la vue des paysages qui se présentent. Au guidon, on se met à rêver et parfois même à imaginer des histoires chevaleresques. Le nord du Luxembourg a su garder son charme médiévale qui le caractérise tant et qui le rend toujours aussi pittoresque.

Le point de départ, la ville de Clervaux, est logée au creux d’une vallée. Cette jolie petite ville donne le ton du roadtrip avec son vieux château féodal et son église inscrite en son centre. G.DETAILLE la décrit comme « un bijou dans son écrin sylvestre », lorsqu’il quitta la vallée. Cette description ne pouvait pas mieux coller pour décrire ce qu’il a vu et ressenti depuis la route. Cette dernière qui remonte la vallée laisse entrevoir à travers les arbres, le centre de la ville qui rayonne comme un « bijou » au creux de son « écrin ».

Ville de Clervaux – Août 2020 / Août 1935 – 85 ans séparent ces 2 clichés. Hormis le bâtiment central, rien n’a vraiment changé.

L’occasion était trop belle : refaire le même cliché qu’en aôut 1935 – on est en août 2020 soit 85 ans après – et jouer au jeu des 7 erreurs avec à gauche, l’église Saint Hubert et à droite, le château féodal du XIIe siècle. Seul le bâtiment situé entre ces 2 monuments a changé lors de sa reconstruction après la bataille des Ardennes de 1944 suite aux nombreux dégâts occasionnés par les bombardements. Nul doute que G.DETAILLE n’aurait jamais imaginé un seul instant lorsqu’il prenait cette photo, voir un seul de ces bâtiment détruit dans un futur qui était pourtant si proche de lui.

Après avoir quitté la chaleureuse ville de Clervaux – malheureusement en travaux comme bon nombre d’autres villes actuellement sur le Luxembourg – direction Dasbourg-Pont en passant par Marnach via une belle route de campagne qui disparait à travers une forêt luxuriante. Les belles courbes commencent à faire leurs apparitions une fois passé Marnach. La ville de Dasbourg-Pont se trouve à proximité de la frontière allemande, sur laquelle on retrouve encore des vestiges d’une époque révolue depuis fort longtemps.

La route de Dasbourg-Pont passant à travers une forêt luxuriante est pourvue d’un charme fou. Véritable vestige d’antan, un poste de garde à la frontière Germano-Luxembourgeoise trône encore fièrement à sa place avec d’un côté du pont l’Allemagne, de l’autre le Luxembourg.

Sortie de Dasbourg-Pont, la descente vers Mullerthal débute par la traversée de la belle vallée de l’Our. Les routes sinueuses s’enchainent en longeant la petite rivière du même nom que la vallée qui borde la frontière allemande. Les routes sont douces et sinueuses et on se laisse hypnotiser facilement par le décor. Cette route est tellement belle qu’elle était déjà décrit par G.DETAILLE comme « une route d’intérêt local devenue une admirable voie touristique » pour n’importe quelle personne de passage dans le coin. La route en question mène à Ubereisenbach, un petit village situé au creux de la vallée avec une vue imprenable.

D’un côté, la paisible vallée de l’Our. De l’autre sur le petit pont de Ubereisenbach qui l’enjambe, la Our.

La route en sortie de la vallée de l’Our mène à la petite ville de Stolzembourg. Lorsqu’on se retrouve au centre de la ville, on aperçoit son château perché sur les hauteurs qui mérite une petite visite pour apprécier le point de vue offert par celui-ci.

Le centre de la petite ville de Stolzembourg surplombée par son château en arrière en plan.

En quittant Stolzembourg, sur la route empruntée qui longe la Our en direction de Vianden, on découvre quelque chose qui n’existait pas à l’époque de G.DETAILLE : une centrale électrique d’accumulation par pompage. D’une puissance de 1300 megaWatts, elle sert à stocker l’énergie excédentaire et à produire du courant lors des phases de pointe.

La centrale a été implantée et inaugurée en 1964 dans la vallée de l’Our grâce à sa situation topographique favorable au cœur des centres industriels du nord-ouest de l’Europe, aux excellentes conditions géologiques et à la faible densité de la population.

De l’extérieur, on ne voit presque rien, hormis une immense porte intégrée dans la roche qui donne accès sur le musée de la technologie en rapport avec les installations de pompage.

L’impressionnante porte d’entrée du musée de la technologie intégrée dans la roche située dans la vallée de l’Our.

La vue sur la Our depuis cette route est extraordinaire. Dans sa continuité, arrive la ville Vianden et son superbe château qui, comme qui dirait G.DETAILLE, offre un décor qui « couronne de douceur et de légende » ce passage du roadtrip.

Sur le grand pont enjambant la Our, on découvre un décor de rêve avec la ville de Vianden et son superbe château surplombant la vallée.

Le début de la construction du château de Vianden remonterait au Ve siècle de notre ère et l’édification des différents bâtiments seraient datés entre le VIe et le XIVe siècle. Propriété de l’état Luxembourgeois depuis 1977, il fait partie des plus beaux châteaux du Luxembourg. Un monument à visiter absolument !

On reprend le guidon, la route serpente lentement et mène à la ville de Grundhof puis à la ville de Echternach tout en longeant la Sûre, cette petite rivière au charme si caractéristique.

Le centre d’Echternach a su garder son empreinte d’époque si caractéristique avec ses bâtiments d’antan et sa place pavée.

En ressortant d’Echternach, la route qui mène à Beaufort est douce et sinueuse. Les rayons du soleil transpercent les arbres de la foret et mettent en exergue les cotés saillants des rochers situés sur les bords de route. On y croise le Predigtsthul, ce massif rocheux avec son sommet qui déborde presque sur la route et qui offre un excellent point de vue sur la nature environnante.

La route entre Echternach et Beaufort donne clairement le ton ce qui t’attends quand tu vas vers le Mullerthal.

Depuis cette route, plusieurs spots sont accessibles (à pied de préférence) avec des points de vue imprenable et des décors qui sentent bon les contes de fée et les légendes médiévales. N’hésite pas à aller visiter les Wolfschlucht « les gorges du loup », le Perekop ou encore la Hohllay Cave, cette incroyable grotte romaine inchangée par le temps. La légende (et G. DETAILLE) raconte que le rocher du Perekop aurait été fendu par un Dieu germain avec son épée créant alors une entaille gigantesque dans celui-ci. L’ascension du Perekop se fait par cette entaille et offre un point de vue panoramique extraordinaire à ne pas louper.

Arrivé à Beaufort, la traversée de la ville mène à son château démantelé datant du XIe siècle. Après plusieurs changements de propriétaires et racheté par l’État Luxembourgeois, il devient un monument national classé en 1988.

Le château de Beaufort vu depuis la route. Un spot de plus à visiter absolument sur ce roadtrip.

Sorti de Beaufort, direction la douce vallée de l’Ernz pour atteindre la ville de Larochette. Avant d’entrer dans Larochette, n’hésite pas à emprunter la petite route perdue au milieu de la forêt pour accéder au château qui surplombe la ville. Le château de Larochette qui date du XIe siècle offre une vue extraordinaire sur la ville. Actuellement le château reçoit de temps à autres, des expositions d’arts qui viennent remplir de vie les murs de celui-ci. Un spot à ne pas manquer, pour peu qu’il y ait en plus une exposition qui y soit présentée.

Le château de Larochette surplombant la ville, le dernier avant l’arrivée dans le village du Mullerthal.

Sorti de Larochette, direction le village de Mullerthal, cœur de la petite Suisse Luxembourgeoise. Mais il faudra pousser encore un peu pour atteindre les merveilleuses « Schiessentümpel Cascade » du Mullerthal, véritable clou du spectacle de ce roadtrip.

Les cascades du Mullerthal, avec son décor si atypique, inspire la douceur et la féerie d’une nature vierge. Un spot immanquable à visiter. Crédit photo : www.visitluxembourg.com

Un spot qui termine dans la splendeur ce beau roadtrip à moto à travers un Luxembourg pittoresque et merveilleux qui n’a rien perdu de sa superbe, même depuis le passage de G.DETAILLE en 1935. Les descriptions de ce dernier dans son article étaient déjà très précises à son époque et n’ont que très peu changées en l’espace de 85 ans. Il est appréciable en 2020 de pouvoir découvrir et/ou redécouvrir des contrées qui ont su garder leurs charmes d’antan tel que le Luxembourg.

Une chose est sûre, les paysages et les lieux visités ont continué, continuent et continueront, tel des diamants dans leurs écrins, à briller et à nous faire rêver éternellement.