L’histoire du Café Racer – Partie 1

Non ! Le Café Racer n’est pas juste une mode. Enfin si ! En ce moment c’est une mode ! Mais dans les années 60 ce n’était pas le cas.

L’histoire du Café Racer ne remonte pas à 15 ans en arrière avec la vague du vintage et l’apparition des motos néo-rétro modifiées mais il s’agit bel et bien d’un réel mouvement social datant des années 60. Je vais donc t’épargner tout ce renouveau qu’il y a eu à propos du courant Café Racer ces dernières années pour se concentrer sur la réelle histoire de ce mouvement.

Le contexte

A la fin des années 50, dans une Europe sur un fond de Guerre Froide, l’Angleterre continue de se relever tout doucement de la Seconde Guerre Mondiale. Le pays se reconstruit, les gens recommencent à travailler et les modes de consommation évoluent grâce aux publicités et la télévision.

Mais dans toute cette déferlante, la jeunesse se cherche et se découvre. Bon nombre de familles se retrouvent désunies avec la guerre et les jeunes deviennent adultes plus vite que prévu. En mal de sensations, remplie d’un mal-être certain et ne trouvant pas sa place dans la société, cette jeunesse va s’engouffrer dans des mouvements sociaux, qui comme des familles, vont les représenter : Les Mod’s et les Rocker’s.

Si l’histoire des Rocker’s est bien particulière, elle reste tout de même indissociable de celle des Mod’s. Chacun de ces 2 clans avait ses propres codes et ses propres styles de vie mais pour comprendre celui du Rocker, il faut comprendre celui du Mod également.

Suivant la presse de l’époque, l’entente entre les Mod’s et les Rocker’s n’aurait jamais existé mais …

Une rivalité existera entre eux sur une bonne partie de la durée de ces mouvements. Cette rivalité entre les Rocker’s et les Mod’s ira même très loin car ces 2 clans ne se supportant pas, ils s’éviteront autant qu’ils le pourront pour éviter toutes confrontations possibles. Ils le savent très bien, mais si ils se croisent, ils devront se battre.

La confrontation entre les Mod’s et les Rocker’s sur la plage de Brighton en mai 1964 se transformera en véritable bain de sang.

Mais tu te demandes alors pourquoi il y a une telle rivalité entre ces 2 clans ? Tout est une question de considération. D’abord entre ces 2 clans puis dans la société de l’époque. Et ce sera la presse (à scandale ?) qui sera à l’origine de cette rivalité. Elle se chargera de mettre le feu aux poudres entre ces 2 clans à coup de grands titres et d’articles allumeurs.

Les Mod’s

D’un coté, on a donc les Mod’s (raccourci de Modernist en anglais) issus essentiellement de la petite bourgeoisie anglaise. Ce mouvement est né dans les années 50 en minorité pour ensuite se développer et se définir réellement en 1964 d’une manière générale, en échos au mouvement des Rocker’s. Pour l’époque, un Mod se veut être un symbole de modernité de par ses idées et sa façon d’être dans la société.

Le Mod se veut être un esprit ouvert et novateur. C’est donc tout naturellement qu’il rejette toute forme de musique actuelle (la Pop mais aussi le Rock) et se tourne vers de nouveaux sons comme la Soul et le Rythm & Blues. De la même manière, il rejette toute forme d’autorité et veut se sentir libre en toutes circonstances. La politique ne l’intéresse pas tout comme la religion.

Les Mod’s et leurs scooters sont aussi indissociables que la Reine Elizabeth et la Grande Bretagne.

Coté loisir, quand il n’est pas en « party », il s’adonne grandement à la danse ou part rejoindre ses ami(e)s Mod’s comme lui (elle) sur les plages de Brighton, Newhaven ou encore Ramsgate avec son scooter bardé de phares et de klaxons. Ces accessoires s’avèrent aussi encombrants qu’inutiles car oui ils ne servent pas … et heureusement. Mais pour un Mod, tout est question de style et il faut briller dans la société.

Les Rocker’s

De l’autre côté, on a alors les Rocker’s. Alors le Rocker, lui, c’est tout bonnement l’inverse du Mod. Si le Mod incarne la modernité, le Rocker symbolise le côté obsolète de la société (du moins pour un Mod) car pour le reste de la société, le Rocker incarne surtout la violence. Et concernant ce dernier point, les Rockers pourront encore une fois remercier la presse pour l’étiquette qu’elle collera sur leurs blousons noirs.

Contrairement au Mod, le Rocker est issu de la classe ouvrière. Il écoute du Elvis Presley craché du jukebox installé dans le bar où il rejoint ses amis pour boire un café (qu’il descend en grande quantité – jamais d’alcool à l’époque) ou se faire un baby-foot tout en discutant mécanique. L’occasion idéale pour causer des dernières modifications qu’il a fait sur sa moto avant d’aller faire la course et de risquer le tout pour le tout pour décrocher le titre de « Ton-Up Boys ».

Blousons noirs, jeans, clope au bec et motos customisées, tout y est … hormis la bande sonore.

Le stéréotype du Rocker est passionné par les sports mécaniques comme par la musique. La semaine, il travaille en tant que mécanicien, et elle, travaille dans une usine pendant que les plus jeunes continuent d’user (graver ?) les bancs d’école. Il reconnait s’être groupé avec ses pairs pour fuir la solitude qui l’effraie et se veut solidaire envers eux. Et contrairement à ce que l’ensemble de la société pense, il n’ennuie personne et ne veut pas être ennuyé … la base quoi.

C’est là que tu te demandes : « Ok c’est bien tout ça mais il est où le Café Racer dans l’histoire ? »

Et bien ce sont les Rocker’s qui vont être à l’origine de ce mouvement. Tout comme le Mod, le style et le mode de déplacement a une grande importance pour le Rocker. Cet ensemble de choses ajouté au style de vie du Rocker va donner naissance au mouvement Café Racer …

Histoire à suivre.

Crédits images / photos :

59club.fr